Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 12:15

Le 05 mai 2021 marque le bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte. Israël est un témoin méconnu du souvenir napoléonien. Le peuple juif doit aussi à Napoléon Ier la reconnaissance de sa liberté religieuse. De son règne date le proverbe Yiddish : "Heureux comme Dieu en France !"

La campagne d'Egypte hante encore les esprits de celles et ceux ayant connu un enseignement primaire de l'histoire, fixant dans les esprits des images d'Epinal et intégrant dans un même récit national tous les enfants de France, sans distinction de sexe, de religion ni d'origine.

Du haut de ces pyramides, nous distinguons, par delà le désert, le sud de la Syrie ottomane, la Palestine, le futur Etat d'Israël. En février 1799, Bonaparte se lance dans une expédition qui le mènera jusqu'aux portes de Damas.

Le souvenir napoléonien s'inscrit ainsi depuis Gaza jusqu'à St Jean d'Acre. nous avons tous en tête le tableau des Pestiférés de Jaffa. Napoléon y apparaît tel un roi guérissant les écrouelles. Son expédition le mène à travers toute la Palestine. Nazareth, Jérusalem, Haifa n'ignorent pas le souffle épique du futur empereur des Français. Marcher dans ses pas est désormais une manière originale de découvrir Israël.

Mais qu'en est-il de l'homme à l'égard des Juifs ? Ses écrits privés trahissent un homme de son temps. Ce temps est marqué par le préjugé anti-juif et le dogme chrétien du peuple déïcide. Napoléon Bonaparte ne saurait pourtant pas être réduit à un sentiment alors majoritaire en Europe, y compris au sein de la jeune République française.

En 1791, l'émancipation des Juifs par la Constituante se fait au profit des personnes au détriment de la communauté. "Tout leur accorder en tant qu'individus, tout leur refuser en tant que nation !" déclare le comte de Clermont-Tonnerre. La politique anti-cléricale touche presque exclusivement les synagogues en Alsace.

En Italie, Napoléon découvre les Ghettos et les insignes dégradants que l'on fait porter aux Juifs italiens. Il les libère de cette infamie en leur octroyant l'égalité des droits.

Il œuvre à travers le Grand Sanhédrin pour reconnaître une place au culte au sein de la République, à l'heure du Concordat. Il en résulte le judaïsme français, compatible avec les règles et valeurs républicaines, constitué autour du consistoire.

De cette époque date la prière à la République qui est toujours récitée chaque année dans les synagogues de France. Elle témoigne de l'attachement viscéral des Juifs de France à la République. Il est l'oeuvre de Napoléon.

Yekhi Hakessar ! Vive l'Empereur !

 

Partager cet article
Repost0

commentaires