Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 15:01

Suite à l'attentat perpétré à Nice lors de notre fête nationale, les représentants d'Israël apportent leur soutien aux victimes et à leurs familles.

Le Président de l'Etat d'Israël, M. Reuven RIVLIN, a adressé une lettre de condoléances au Président François HOLLANDE : "C’est avec douleur et tristesse que je dois encore une fois écrire et exprimer mes plus sincères condoléances et celles de tous les Israéliens, suite à l’attaque terroriste horrible qui s’est déroulée à Nice. La Fête Nationale célèbre le début de la Révolution française, un événement crucial de l’histoire européenne et mondiale et la montée des valeurs modernes qu’aujourd’hui, nous chérissons tous : la liberté, l’égalité et la démocratie. La menace vile du terrorisme est un affront à ces valeurs, et ses auteurs assassinent et mutilent sans discernement dans la poursuite de leur idéologie barbare de haine. Israël est avec la France et le peuple israélien se tient aux côtés du peuple français, côte à côte face à ce mal terrible, comme devrait l’être l’ensemble du monde libre. Nous devons travailler unis pour atteindre les terroristes, leurs partisans et bailleurs de fonds, partout où ils peuvent se cacher. Nous ne renoncerons jamais. Comme vous l’avez dit, nous sommes plus forts que les fanatiques qui cherchent à nous nuire. S’il-vous-plaît transmettez nos plus sincères condoléances aux familles des personnes tuées, et sachez que nous prions pour le prompt rétablissement de tous les blessés ».

Repost 0
france-israel18.over-blog.org - dans Israël France-Israël du Cher
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 13:56
L'Imam de Drancy reçoit l'Ambassadeur d'Israël en France

"Du jamais vu", selon le site coolisrael.fr, pour évoquer la visite faite par son excellence Yossi GAL, ambassadeur d'Israël en France, dans une mosquée, à l'occasion des fêtes du Ramadan se déroulant en cette année 2013.

Hassen CHALGHOUMI, l'Imam de la ville de Drancy, ouvre les portes de la mosquée aux représentants des communautés juives et chrétiennes dans un signe de paix et d'ouverture aux autres. Cette année, il a invité son excellence Yossi GAL, représentant l'Etat d'Israël en France, à partager l'Iftar qui marque, chaque soir, la rupture du jeûne pour les fidèles.

L'Imam de Drancy, connu pour son esprit d'ouverture et militant d'un islam de France apaisé vivant en harmonie avec les traditions républicaines, a plaidé pour l'image de cette fraternité donnée à voir en cette soirée ayant lieu en présence des représentants des communautés musulmanes mauricienne, pakistanaise, malienne, sénégalaise et afghane aux côtés des représentants du CRIF et de la LICRA.

Son excellence Yossi GAL a lu avec son hôte des versets du Coran. Dans son discours, prononcé en arabe, l'ambassadeur d'Israël en France a décrit cette soirée comme un symbole de paix, de fraternité et de coexistence. Une image de compréhension et de respect qui tranche avec une blogosphère agressive cherchant à détruire ces efforts pour un vivre ensemble harmonieux. Il existe une dichotomie entre les efforts des hommes de bonne volonté et la réalité.

SOURCE :

Coolisrael.fr : http://coolisrael.fr/12613/du-jamais-vu-lambassadeur-disrael-dans-une-mosquee-a-loccasion-du-ramadan

Repost 0
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 17:08
La paix selon les propalestiniens : des artistes menacés de mort !

Julien Clerc s'est récemment produit à Tel-Aviv, le 07 juillet 2013. Lors de concerts précédemment donnés au Châtelet à Paris et au Mac-Nab de Vierzon, l'artiste avait été interpellé par les associations pro-palestiniennes et, notamment, par le collectif BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanction), afin de renoncer à se produire sur les scènes israéliennes. Les pressions subies par les artistes sont éclairées d'un nouveau jour suites aux déclarations d'un ex-Beatles. Les méthodes employées ne relèvent manifestement pas d'un goût immodéré pour le pacifisme mais s'apparentent davantage à des méthodes mafieuses et terroristes (le propre du "terrorisme" étant d'inspirer la terreur et non de défendre un droit juste avec loyauté).

Le propre d'un artiste est de se produire sur scène, de faire la promotion de son disque, de son film, de son livre ou d'échanger directement avec son public. La démarche est à la fois esthétique, intellectuelle et aussi économique, puisqu'il vit de son art. Certains de ces artistes ont une renommée internationale. Ils sont amenés à parcourir le monde. Un monde d'une centaine de nations dont un quart sont des démocraties et une poignée seulement vivent dans un contexte régional peu ou prou apaisé. Israël est une de ses démocraties parvenant à vivre, bon an mal an, malgré des poussées de fièvres parmi ses voisins, dans un contexte relativement apaisé.

Il est pourtant en ligne de mires d'officines, officiellement associatives mais jurisprudentiellement politiques, qui exercent sur lui et ses partenaires des pressions immodérées. Le but de l'une d'elle, BDS, est officiellement de : "(...) refuser d'acheter ou de consommer les produits et les services de l'économie israélienne ; refuser de participer à toute action culturelle sportive... promue en France par des institutions officielles israéliennes(...)" (article 4 de la Charte du BDS) On peut s'interroger, dès lors, sur le lien entre cette charte et l'action visant à faire pression sur des artistes non-israéliens, afin qu'ils ne se rendent pas en Israël. L'atteinte économique porte en l'occurrence sur les intérêts des "major" du disque, du film et de l'édition d'Europe et d'Amérique.

Alors même que la charte du BDS proclame en son paragraphe 5 : "Notre action est non-violente et respecte les personnes et les biens.", les déclarations de Paul Mc Cartney, un des ex-Beatles, tendent à prendre BDS (et par voie de conséquence l'ensemble de ses militants, personnes physiques et morales) en flagrant délit de mensonge ! Comme le site cooisrael.fr s'en fait l'écho, Paul Mc Cartney, en 2008, a fait l'objet de menaces explicites de mort de la part des mouvements européens pro-palestiniens. Un acte peu glorieux jouant sur la terreur inspirée et ne pouvant être qualifié que de terroriste, à moins de posséder une édition du dictionnaire en Novlangue.

Cette déclaration éclaire d'un jour nouveau le renoncement d'artistes et d'universitaires à se rendre à des spectacles ou à des congrès internationaux en Israël. Ils sont l'objet de pressions violentes et leurs personnes ne sont pas respectées par leurs propres concitoyens. Si certains renoncent à traverser la Méditerranée, il s'agit moins de soutenir un mot d'ordre qu'ils respecteraient en conscience, par choix, que d'un effet du rapt de leur liberté.

La volonté du courant pro-palestinien, en France comme en Europe, est moins d'accélérer, par des actions spectaculaires, la marche vers la paix en amenant des parties opposées à rentrer en pourparlers que d'isoler, d'enfermer et d'effacer Israël, "L'Etat de trop" selon Fabien Ghez, de la carte.

Sources :

http://coolisrael.fr/12490/paul-mccartney-bds-ma-menace-de-mort-si-je-jouais-en-israel

http://www.breitbart.com/Big-Hollywood/2013/07/10/McCartney-My-Life-Was-Threatened-over-Israel-Show

http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=2&Itemid=3&lang=fr

Repost 0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 19:04

Mosab Hassan Youssef est le fils de l'un des fondateurs du Hamas. Il est aussi connu, en Israël, sous le pseudonyme de "Prince vert", le surnom qu'il portait lorsqu'il était agent du service de la sécurité intérieure d'Israël, le Shin Bet. Auteur du livre autobiographique, Fils du Hamas traduit en français sous le titre Le Prince Vert , il a fait entendre, le vendredi 23 novembre 2012, sur la chaine israélienne Aroutz 2, une voix arabe à contre-courant à propos du bombardement des populations civiles d'Israël et de l'opération Colonnes de Fumée qui lui a répondu.

 

"J’ai peine à croire que le Hamas puisse un jour construire un État moderne." Le jugement est sans appel.  Mosab Hassan Youssef se livre à un constat sans concession sur l'organisation terroriste. "Notre ennemi est un barbare qui utilise des femmes et des enfants comme boucliers humains et dans ces situations nous sommes très limités, parce que nous nous soucions des vies des citoyens innocents." Il interpelle encore les membres du Hamas : "Je veux dire aux membres de l’organisation, y compris à mon père, qui écoutent cette interview – les braves ne se cachent pas derrière des enfants pour tirer des missiles." Et de conlure de ce réquisitoire : "J’espère que leurs mensonges seront expliqués au peuple palestinien." Mosab Hassan Youssef se tient à distance des stéréotypes et des discours fondés sur des mythes politiques.

 

Considérant Israël, il déclare : "Israël aide le peuple palestinien plus que n’importe qui d’autre : chaque jour il fournit l’électricité et même les salaires versés aux employés proviennent des banques israéliennes. Il y a également l’aide humanitaire qui entre dans la bande de Gaza."  

 

L'interview est visible dans sa traduction française sur le site du CRIF

Repost 0
france-israel18.over-blog.org - dans Israël
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 22:10

528936_407329562636581_519889745_n.jpgItzhak Shamir est décédé, en Israël, à l'âge de 96 ans, le samedi 30 juin 2012. Avec lui, c'est une figure de la lutte pour l'indépendance juive, sous la période mandataire, qui disparaît.

 

Né en 1915, en Pologne, il quitte Varsovie, en 1935, où il étudiait le droit, pour s'intaller dans la Palestine mandataire britannique. Dès 1937, en opposition avec la position de retenue de l'Organisation Sioniste à l'égard de l'administration britannique mandataire, il s'engage dans les rangs de l'organisation de défense du peuple (Etzel), groupe clandestin de la tendance sioniste "révisionniste". En 1940, il rejoint le groupe plus restreint mais plus actif du LEHI, fondé par Avraham Stern. Il coordonne les activités organisationnelles et opérationnelles du groupe.

 

Après l'exécution d'Avraham Stern, il reprend la tête du mouvement qui s'illustre dans des actions violentes en contraste avec la position de la Haganah qui use de pragmatisme, pour soutenir l'effort de guerre britannique contre Rommel en Egypte et contre la France de Vichy en Syrie. Le LEHI exécute Lord Moyne et le comte Folke Bernadotte. Il est l'auteur de l'attentat contre l'Hôtel King David de Jérusalem. Arrêté en 1946, Itzhak Shamir est déporté en Erythrée. Il s'en échappe en 1947 et gagne Djibouti obtenant l'asile politique de la France.

 

Après l'indépendance en 1948, il retourne en Israël où il assure la direction du LEHI jusqu'à son démantèlement définitif. En 1955, il rejoint les services de sécurité israéliens avant d'occuper de hautes fonctions au sein du MOSSAD.

 

Il retourne à la vie civile en 1965. Il s'engage activement pour obtenir la liberté pour les Juifs d'Union Soviétique. En opposition avec la branche historique travailliste du sionisme, il se lance en politique au sein du parti HEROUT de Ménahem Bégin, ancien chef historique de l'Irgoun. En 1973, et durant 23 ans, il siégera à la Knesset, dans les rangs du LIKOUD, avant d'en présider l'assemblée en 1977. Entre 1980 et 1983, il sera Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement Bégin. Il développe les échanges avec de nombreux pays du continent africain et a dirigé, pour Israël, les négociations de paix avec le Liban, en 1983, qui ne furent jamais ratifiés par la partie libanaise.

 

Après la démission de Menahem Begin, en octobre 1983, il accède au poste de Premier Ministre. Un poste qu'il partagera, après 1984, avec Shimon Peres, dans le cadre d'un gouvernement d'union nationale. Il occupe ce poste en plein exercice de 1986 à 1992. Durant cette période, marquée par la première guerre du Golfe, il représentera Israël lors de la conférence de paix de Madrid qui inaugure le dialogue avec ses voisins arabes, 15 ans après les négociations avec l'Egypte. Cette même année, l'opération Salomon permet l'exfiltration de 15.000 Ethiopiens vers Israël. Deux ans plus tôt, c'était 450.000 Juifs d'Union Soviétique qui regagnaient Israël.

 

Après la défaite électorale de 1992, il quitte la direction du Likoud, avant de se retirer de la vie politique en 1996.

 

Source :

http://www.mfa.gov.il/MFA/Facts+About+Israel/State/Yitzhak+Shamir.htm

Repost 0
france-israel18.over-blog.org - dans Israël
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 22:31

Alors que la France sort de la campagne présidentielle pour se plonger dans la campagne législative, le Premier Ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a annoncé son intention de dissoudre la Knesset (le parlement d'Israël). Ces élections devraient se tenir le 4 septembre 2012, 14 mois avant le terme de l'actuelle 18ème session, prévu en novembre 2013.

 

Les élections anticipées sont fréquentes en Israël qui connaît l'un des systèmes politiques les plus démocratiques au monde. En effet, depuis la fin des années 70, les partis de gouvernement traditionnels doivent s'appuyer sur des coalitions pour dégager une majorité à la Knesset. Si le système des coalitions était déjà l'un des piliers de la démocratie israélienne, son ampleur s'est accrûe sous l'effet de l'érosion de l'électorat travailliste et de celui du likoud mettant en avant des petites formations. C'est une conséquence de la proportionnelle intégrale.

 

L'Etat d'Israël constitue une circonscription électorale unique. Tous les 4 ans, les partis présentent des listes pour se disputer les 120 sièges du parlement. Pour se qualifier, chaque liste retenue pour siéger doit réunir au moins 2% des suffrages exprimés. Le nombre de sièges obtenu se partage entre elles à proportion de leur puissance électorale. Le nombre de votes valides donnés à l'ensemble des listes ayant obtenu plus de 2% des voix est divisé par le nombre total de sièges (120). Ainsi est déterminé le ratio de voix nécessaire pour obtenir 1 siège. Ce ratio est ensuite distribué entre les listes pour obtenir la composition de la Knesset.

 

L'actuelle Knesset est composée de treize groupes ou partis, parmi lesquels les partis Kadima et Likoud comptent le plus important nombre d'élus (respectivement 28 et 27). Viennent ensuite les partis Israel Beiteinu (15 sièges), Shass (11 sièges) et travailliste (8 sièges). Les 6 autres partis se partagent chacun entre 3 et 6 sièges.Les partis arabes israéliens occupent en tout 7 sièges partagés entre l'Assemblée nationale démocratique (3 sièges) et le groupe Ra'am Ta'al réunissant la Liste Arabe Unie et le Mouvement Arabe pour le Changement (4 sièges).

 

Outre le vote de la loi et la participation aux commissions d'enquête ou d'information, les parlementaires élisent le président de l'Etat. Ce dernier nomme le Premier Ministre parmi le groupe arrivé en tête à la Knesset. Le système proportionnel conduisant à la constitution de coalitions, souvent idéologiquement hétérogènes, l'actuel Premier Ministre espère obtenir une majorité ferme au parlement en procédant à la dissolution. Les mouvements sociaux de l'été 2011, ainsi que les évolutions politiques en cours parmi les Etats voisins, représentent l'inconnue de cette prochaine campagne législative.

 

Source : http://www.knesset.gov.il/main/eng/home.asp

Repost 0
france-israel18.over-blog.org - dans Israël
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 17:49
Depuis plus d'une décennie, l'association française SOS RACISME organise des testing, afin d'alerter l'opinion publique française sur les pratiques discriminatoires de certains corps de métiers, notamment au sein des discothèques. Un programme de la télévision israélienne propose un testing, moins pour vilipender un corps de métier déterminé que pour établir des tendances de la population israélienne.
 
La société israélienne est multi-culturelle. Juifs, chrétiens, musulmans, druzes la composent. Au sein de chacune de ces communautés les origines sont tout aussi variées : sabras, européens, américains, russes, éthiopiens, yéménites, circassiens, bédouins, arabes... Dès lors, au regard de l'actualité régionale, des discours tenus, aussi bien en Israël qu'à l'extérieur, la question se pose de savoir si l'argument de la tolérance qui règne en Israël n'est qu'un slogan des institutions gouvernementales (office du tourisme, agence juive...).
 
Une société de production télévisuelle s'est emparée du sujet. S'inspirant des programmes de caméra cachée, elle confronte la société avec des sujets sensibles comme celui du racisme. A contrario du testing à la française, elle plonge des passants, l'homme de la rue, dans des situations limites, entendez : "border line". Il ne s'agit pas ici de pointer le doigt sur un corps de métier particulier ou d'individualités ciblées mais de mesurer les tendances de la société israélienne. Ces tendances sont le fruit de l'histoire (générale et individuelle), de la culture, du milieu social et, plus généralement, de l'opinion à un moment précis.
 
Au cours de cette année 2011, la société de production posait la question de la perméabilité ou non de la société israélienne au racisme anti-arabe. Cette question fait débat en Israël dans les médias mais aussi à l'étranger. Rappelons-nous la conférence de Durban, en septembre 2011, qui a imposé, dans l'opinion publique internationale, la croyance qu'il existerait un système d'apartheid en Israël. Rien dans la déclaration d'indépendance, dans les lois organiques (à valeur constitutionnelle), dans la jurisprudence israélienne ne vient accréditer cette croyance. Existerait-il une tendance discriminatoire de l'ordre du non-dit, au sein de la majorité de la population, ou bien, au contraire, la société israélienne serait-elle belle et bien ouverte à la différence ?
 
C'est pour s'en assurer que la production a planté ses caméras dans une station-service, dans la ville israélienne de Holon. Un acteur, jouant le rôle d'un gérant raciste, refuse de servir une cliente arabe, qui est aussi une actrice. Celle-ci réclame un expresso qui lui est refusé. Les clients interviennent et prennent à partie le faux gérant qui se montre irrascible. Les victimes interviewées à l'issue de cette séquence font état du choc ressenti face à un comportement jugé ignoble et inhumain.
 
Ce document révèle que l'opinion israélienne est hostile au racisme. Une hostilité qui ne se laisse pas déborder par le contexte régional et ne réduit pas l'individu à un préjugé globalisant négatif.
 
Ce document, sous-titré en anglais, est disponible sur youtube :
 
 
Repost 0
france-israel18.over-blog.org - dans Israël
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 16:12

Le 12 décembre 2011, l'association du Technion-France (ATF) organise sa traditionnelle journée d'information scientifique à la Maison de la Chimie à Paris. A l'occasion de son 60ème anniversaire, l'association réunit des scientifiques israéliens et européens pour parler des enjeux de la médecine personalisée. La médecine personalisée est l'un des domaines investit par le Technion de Haïfa (Israël).

 

Le Technion désigne la première université israélienne, fondée en 1924, à Haïfa. Destinée à former les bâtisseurs du futur Etat, elle compte, de nos jours, 19 facultés proposant plus de 100 programmes différents dans trois cycles d'enseignement supérieurs. Les étudiants peuvent poursuivre leurs recherches dans les domaine de la science, de la médecine, de l'ingénierie, de la gestion industrielle, de l'architecture, de l'urbanisme et de l'éducation. Le Technion dispose ainsi d'une variété de programmes et d'un niveau d'excellence internationalement reconnu, eu égard à ses collaborations en terme de recherche et de développement avec des universités et des entreprises étrangères.

 

Son objectif est de susciter l'intérêt de la jeunesse israélienne et étrangère pour les sciences et les technologies de pointe. Ses diplômés occupent une place de premier plan dans le secteur industriel, tant en Israël qu'à l'étranger, ainsi qu'à des fonctions académiques et gouvernementales éminentes. Le Technion peut également se féliciter d'avoir obtenu deux prix Nobel (2004 et 2011). Le Professeur Danny Shechtmann, de la Faculté de Génie des Matériaux, a en effet obtenu le prix Nobel de Chimie 2011 pour sa découverte des quasi-cristaux, modifiant fondamentalement la conception d'un solide par les chimistes.

 

L'association Technion-France (ATF) a une double mission. Elle soutient matériellement et financièrement le Technion pour aider son développement, sa recherche et ses étudiants. Elle promeut le Technion dans les milieux scientifiques, économiques et industriels. Elle fait connaître ses réalisations et ses projets dans le domaine de la recherche scientifique et technologique. Son rôle est d'établir des liens étroits entre les scientifiques, les enseignants et les étudiants du Technion pour le développement de la coopération sur des projets d'intérêt commun. Dans ce cadre, elle organise des évènements et des conférences, en France, en invitant des professeurs spécialistes d'Israël.

 

L'ATF a ainsi développé des coopérations avec les milieux industriels, institutionnels et académiques français : l'Ecole des Mines, l'Ecole Polytechnique, Paris Tech, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, l'INSERM, le CEA, le CNRS, la Fondation SOPHIA ANTIPOLIS, PHARNEXT, RENAULT, SANOFI AVENTIS, VEOLIA....

 

Source : ASSOCIATION TECHNION FRANCE : http://www.technionfrance.org

 

Voir aussi : TECHNION (Israel Institute of Technologie) : http://www1.technion.ac.il/en

 

Repost 0
france-israel18.over-blog.org - dans Israël
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 21:39

OrphanedLand_2010_1.jpgLe rock métal n'est pas l'apanage de la vieille Europe ni des bikers d'outre-Atlantique. Il est aussi une famille musicale de la scène rock d'Israël. Parmi les différents groupes, Orphaned Land crée l'évènement. Non seulement au regard de son ambition de créer le Middle East Metal (sic !) mais aussi en raison de son audience, laquelle, dépassant les frontières d'Israël, attire un public arabe et lui a déjà valu la couverture d'un fanzine iranien.

 

Orphaned Land se veut un groupe transcendant les cultures juives et arabes, ainsi que les frontières. Les accents rock se mêlent aux thèmes moyen-orientaux. Le groupe qui a collaboré avec l'Orchestre Arabe de Nazareth chante dans diverses langues : anglais, hébreu, arabe et yéménite. Il introduit parmi les basses, les guitares et les percussions des instruments accoustiques traditionnels arabes. Il en découle une atmosphère musicale inédite qui séduit ses fans juifs et arabes d'Israël, de même que des fans vivant au sein même d'Etats ne reconnaissant pas l'existence d'Israël.

 

De ce point de vue, Orphaned Land tient lieu de phénomène transcendant les cultures, les frontières, la politique et les conflits. Alors que les autorités de Téhéran fourbissent leur arsenal nucléaire pour "détruire Israël", de leur propre aveu, la jeunesse du pays écoute et plébiscite un groupe qui, non content de se revendiquer "Metal", est composé d'Israéliens. Malgré les risques encourus pour ceux qui se commettent avec tout ce qui vient d'Israël, certains fans de la rue arabe arborent des tatouages au nom de leur groupe fétiche.

 

Orphaned Land se proclame lui-même subversif en invoquant un travail jouant le tango entre Dieu et Satan pour asseoir un paradis musical sur terre. Un caractère qui se retrouve dans ses clips disponibles sur le net. Orphaned Land vérifie l'idée selon laquelle la musique adoucit les moeurs. Il convient d'ajouter que le rock metal y parvient tout autant.

 

Voir le site officiel : Orphaned Land 

Repost 0
france-israel18.over-blog.org - dans Israël
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 21:41

Les inscriptions pour le marathon de Jérusalem le 16 mars 2012 sont en cours (voir le lien sur le site officiel :  http://www.jerusalem-marathon.com/France/ ) . Cette seconde édition du marathon doit beaucoup à l'engagement du maire de Jérusalem, Nir Barkat, qui, à l'instar de ses concitoyens, partage le goût du dépassement de soi.

 

Le sport pourtant ne relevait pas de l'évidence pour le peuple Juif. Il fut en effet mis à l'honneur par la civilisation grecque qui légua à la postérité la pratique olympique. Or, longtemps, la pratique sportive fut assimilée par la civilisation hébraïque comme une valeur inhérente aux royaumes hellénistiques de l'Antiquité, puissances occupantes du Proche-Orient au IIIème siècle avant l'ère commune. La participation aux Jeux d'Olympie supposait un sacrifice préalable à Hercule, une trahison insupportable à la dimension monothéiste de la religion hébraïque. "Un mal hellénistique" pour les orthodoxes. Ce qui n'empêcha pas le Roi Hérode de doter les villes judéennes de stades et d'encourager la lutte, la course et le tir à l'arc.

 

Maïmonide, au Moyen-Âge, réconcilia le peuple juif avec la pratique sportive. Si le talmudiste est, notamment, célèbre pour avoir concilié la philosophie aristotélicienne, le médecin qu'il fut également justifia et encouragea sur une base hygiéniste la pratique d'une activité physique. Il avait empiriquement observé que le sport évacuait les humeurs, facilitait la digestion et rendait les hommes plus sereins. Ainsi un homme en bonne santé pouvait-il plus aisément se consacrer à l'étude et à la prière. Durant cette période les sports de balles paraissent en effet populaires au sein des communautés juives. A cette occasion des discussions rabbiniques se font jour pour déterminer si leur pratique peut être permise durant le shabbat. Au XXème siècle, le rabbin Kook souligne à son tour l'importance du sport, estimant que le corps étant au service de l'âme, seul un corps sain peut assurer la santé de l'âme.

 

En 1911, le mouvement MACABI organise l'activité sportive au sein des communauté juives d'Europe. En 1914, il compte une centaine de clubs répartis sur le continent. Quelques équipes de football de ce mouvement évolueront même en 1ère division. Mais ce mouvement a aussi une dimension politique puisqu'il est affilié aux sionistes "généraux", futur parti libéral. Ce caractère politique se retrouve dans les autres mouvements sportifs qui verront le jour, en Palestine mandataire. En 1924, le mouvement Hapoël relève de la histadrout, syndicat sioniste, proche du parti travailliste. Son ambition est de mettre le sport à la portée du peuple et non de produire des champions. La même année est fondée le Betar, membre du mouvement sioniste révisionniste de droite mené par Vladimir Jabotinsky. Le courant sioniste religieux du Hapoël Mizrahi fonde, en 1939, le mouvement Elitsour.

 

Ces organisations sportives ont leur propre compétition à dimension internationale : les Macabiades. Les première Macabiades, en 1932, réunirent 500 sportifs issus de 23 pays. Lors de la seconde édition de cet évènement sportif, en 1935, en raison de la montée du nazisme de nombreux athlètes restèrent en Palestine mandataire. Après l'assassinat des athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de Munich de 1972, par les terroristes arabes palestiniens de Septembre Noir, les Macabiades permirent aux sportifs israéliens de ne pas être totalement en retrait de la scène sportive internationale. En 1997, les XVème Macabiades rassemblèrent 5.500 sportifs de 54 pays pour plus de 50 disciplines. Les Macabiades sont en effet le 3ème évènement sportif mondial après les Jeux Olympiques et les Jeux Estudiantins Internationaux.

 

Le circuit amateur représente la majorité des licenciés. Néanmoins le circuit professionnel se développe. Depuis Marc Spitz, dans les années 60-70, pour la natation, la professionalisation a gagné d'autres disciplines. C'est notamment le cas du basket-ball, avec le Macabi Tel-Aviv, et du football. Des échanges de joueurs et d'entraîneurs, dans cette dernière discipline sont en effet nombreux, notamment entre la France et Israël.

 

En 2011, le 1er Marathon International de Jérusalem a rassemblé 10.000 participants, professionnels et amateurs venus des 5 continents. La seconde édition se tiendra le 16 mars 2012. Par son ampleur il constitue le premier évènement sportif du pays et par le lieu, le plus symbolique. Une occasion de visiter Israël sur un mode hors des sentiers battus.

 

(source principale : Ministère des Affaires Etrangères d'Israël) 

Repost 0
france-israel18.over-blog.org - dans Israël
commenter cet article