Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 17:08
La paix selon les propalestiniens : des artistes menacés de mort !

Julien Clerc s'est récemment produit à Tel-Aviv, le 07 juillet 2013. Lors de concerts précédemment donnés au Châtelet à Paris et au Mac-Nab de Vierzon, l'artiste avait été interpellé par les associations pro-palestiniennes et, notamment, par le collectif BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanction), afin de renoncer à se produire sur les scènes israéliennes. Les pressions subies par les artistes sont éclairées d'un nouveau jour suites aux déclarations d'un ex-Beatles. Les méthodes employées ne relèvent manifestement pas d'un goût immodéré pour le pacifisme mais s'apparentent davantage à des méthodes mafieuses et terroristes (le propre du "terrorisme" étant d'inspirer la terreur et non de défendre un droit juste avec loyauté).

Le propre d'un artiste est de se produire sur scène, de faire la promotion de son disque, de son film, de son livre ou d'échanger directement avec son public. La démarche est à la fois esthétique, intellectuelle et aussi économique, puisqu'il vit de son art. Certains de ces artistes ont une renommée internationale. Ils sont amenés à parcourir le monde. Un monde d'une centaine de nations dont un quart sont des démocraties et une poignée seulement vivent dans un contexte régional peu ou prou apaisé. Israël est une de ses démocraties parvenant à vivre, bon an mal an, malgré des poussées de fièvres parmi ses voisins, dans un contexte relativement apaisé.

Il est pourtant en ligne de mires d'officines, officiellement associatives mais jurisprudentiellement politiques, qui exercent sur lui et ses partenaires des pressions immodérées. Le but de l'une d'elle, BDS, est officiellement de : "(...) refuser d'acheter ou de consommer les produits et les services de l'économie israélienne ; refuser de participer à toute action culturelle sportive... promue en France par des institutions officielles israéliennes(...)" (article 4 de la Charte du BDS) On peut s'interroger, dès lors, sur le lien entre cette charte et l'action visant à faire pression sur des artistes non-israéliens, afin qu'ils ne se rendent pas en Israël. L'atteinte économique porte en l'occurrence sur les intérêts des "major" du disque, du film et de l'édition d'Europe et d'Amérique.

Alors même que la charte du BDS proclame en son paragraphe 5 : "Notre action est non-violente et respecte les personnes et les biens.", les déclarations de Paul Mc Cartney, un des ex-Beatles, tendent à prendre BDS (et par voie de conséquence l'ensemble de ses militants, personnes physiques et morales) en flagrant délit de mensonge ! Comme le site cooisrael.fr s'en fait l'écho, Paul Mc Cartney, en 2008, a fait l'objet de menaces explicites de mort de la part des mouvements européens pro-palestiniens. Un acte peu glorieux jouant sur la terreur inspirée et ne pouvant être qualifié que de terroriste, à moins de posséder une édition du dictionnaire en Novlangue.

Cette déclaration éclaire d'un jour nouveau le renoncement d'artistes et d'universitaires à se rendre à des spectacles ou à des congrès internationaux en Israël. Ils sont l'objet de pressions violentes et leurs personnes ne sont pas respectées par leurs propres concitoyens. Si certains renoncent à traverser la Méditerranée, il s'agit moins de soutenir un mot d'ordre qu'ils respecteraient en conscience, par choix, que d'un effet du rapt de leur liberté.

La volonté du courant pro-palestinien, en France comme en Europe, est moins d'accélérer, par des actions spectaculaires, la marche vers la paix en amenant des parties opposées à rentrer en pourparlers que d'isoler, d'enfermer et d'effacer Israël, "L'Etat de trop" selon Fabien Ghez, de la carte.

Sources :

http://coolisrael.fr/12490/paul-mccartney-bds-ma-menace-de-mort-si-je-jouais-en-israel

http://www.breitbart.com/Big-Hollywood/2013/07/10/McCartney-My-Life-Was-Threatened-over-Israel-Show

http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=2&Itemid=3&lang=fr

Repost 0